22 mai 2017

Le carnaval de Guyane




Un peu d’histoire

Le carnaval de Guyane existe depuis l’époque de la colonisation. Importé d’Europe par les colons, eux seuls  avaient le droit d’y participer, les esclaves n’avaient pas l’autorisation de se mêler aux festivités.
Malgré l’interdiction, les esclaves organisaient tout de même leur carnaval,  mais de manière clandestine. Et faisaient résonner le doux son des tam-tams en cachette loin et cachés de leurs maîtres.
C’était l’occasion pour eux de reprendre un semblant de liberté, mais surtout de faire perdurer leurs cultures et leurs traditions, que les colons essayaient de leurs enlever.
Le carnaval d’aujourd’hui garde les traces de ces fêtes clandestines, et les tambours résonnent maintenant en toute légalité dans les rues Guyanaises.
De part la population hétéroclite de Guyane, le carnaval prend  les couleurs de plusieurs autres pays et frontières, comme le Brésil, l’Asie, Haïti, Surinamaise….

C’est quand ?
Le carnaval débute le premier dimanche de Janvier à l'épiphanie et se clôture le Mercredi des cendres, jour qui suit Mardi Gras, en Février ou Mars.
Le jour de Mardi Gras n’étant pas fixe, il peut donc durer entre un mois et deux mois, ce qui en fait le plus long carnaval du monde.

Les temps forts du carnaval

Le carnaval des rues
Tous les dimanches après-midi vers 15/16 heures, les rues des villes s’animent et se parent de mille couleurs, on participe avec entrain aux défilés colorés des groupes carnavalesques, on découvre de beaux costumes traditionnels, de la musique, de la danse, des chars décorés…
Chaque ville a ses propres groupes carnavalesques, qui sont composés de danseurs, et de musiciens (exemple : les WANTED de Kourou), ils défilent les uns après les autres sur un trajet prédéfini (Avenue des roches à Kourou).
Les fêtes carnavalesques se terminent en apothéose avec les « Grandes parades », énormes défilés à ne surtout pas manquer, ou tous les groupes carnavalesques de toute la Guyane se réunissent, et mène une lutte sans merci de créativité et d’invention pour remporter le titre de meilleur groupe de l’année.
Pendant plus de 3 heures, vous allez en prendre plein les yeux, grand spectacle garantit !

Grande parade de Cayenne : Dernier dimanche du carnaval
Grande parade de Kourou : Avant-dernier dimanche du carnaval

Les bals masqués
Chaque samedi soir, les boîtes de nuit deviennent des dancings, appelés aussi « universités ».
C’est dans ces soirées que l’on peut croiser les fameuses Touloulous, mystérieuses femmes recouvertes de la tête aux pieds pour ne pas être reconnue.
Elles sont les reines de la soirée, et choisissent et invitent les hommes à danser.
Dans ces soirées, on danse la biguine, la mazurka ou le pikédjouk, et tout ça au son des orchestres connu de tous en Guyane, comme les Mécènes où les Karnivores.
Attention, les femmes doivent être déguisées, aucune femme non déguisée n’a le droit de poser un pied sur la piste de danse au risque que l’orchestre arrête tout simplement de jouer…

Quelques dancings :
Cayenne : Chez Nana
Kourou : La matado
Matoury : Chez Polina

Les vidés
Tous les défilés du dimanche se finissent par un vidé, c’est un énorme camion-orchestre (surnommé le Monstre à Kourou) avec des musiciens perchés sur son toit, qui clôture le défilé en distillant sa musique dans les rues. Les gens suivent le camion en dansant.

Mais il y a aussi le vidé du matin, celui-ci ne plaît pas à tout le monde.Tous les dimanches matins, vers 5 h, très tôt quoi, le camion sillonne les rues des villes, la musique à fond la caisse, réveillant tous les dormeurs du dimanche !
Guyane, carnaval

Le carnaval des écoles
Moment très attendu par les enfants, avant chaque vacance d’hiver, celle de Février, les écoles organisent des défilés déguisés.
Guyane, carnaval

Quelques personnages traditionnels

Le roi Vaval : C’est LA figure du carnaval, c’est lui qui ouvre le carnaval et c’est encore lui qui le clôture.
Il meurt à chaque fin de carnaval, son mannequin est brûlé sur la place publique chaque Mercredi des Cendres.

Les touloulous : Femmes élégamment vêtues, recouvertes de la tête aux pieds pour ne pas être reconnues. C’est sûrement le personnage que l’on croise le plus lors du carnaval.
Depuis quelques années, il existe son équivalent masculin, surnommé les Tololos.

Les soussouris : ils représentent des chauves-souris

Les nèg’marrons : Personnages recouverts de suie bien noire, ils représentent les esclaves fugitifs.

Les coupeurs de cannes : Torses nus, pieds nus, ils représentent les coupeurs de cannes de Guyane.

Il y en a beaucoup d’autres, comme les diables rouges, les vidangeurs, le bobi, les balayeuses, et  j’en passe, que l’on croise plus souvent à Cayenne ou durant les grandes parades.
Guyane, carnaval
Guyane, carnaval
Guyane, carnaval
Guyane, carnaval
Guyane, carnaval
Guyane, carnaval
Guyane, carnaval
Guyane, carnaval
Guyane, carnaval
Guyane, carnaval
Guyane, carnaval
Guyane, carnaval
Guyane, carnaval
Guyane, carnaval
Guyane, carnaval
Guyane, carnaval
Guyane, carnaval
Guyane, carnaval
Guyane, carnaval
Guyane, carnaval
Guyane, carnaval
Guyane, carnaval
Guyane, carnaval
Guyane, carnaval
Guyane, carnaval
Guyane, carnaval
Guyane, carnaval
Guyane, carnaval
Guyane, carnaval
Guyane, carnaval
Guyane, carnaval
Guyane, carnaval
Guyane, carnaval
Guyane, carnaval
Guyane, carnaval
Guyane, carnaval
Guyane, carnaval













Image HTML map generator

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire